AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ebauche de contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar
Messages : 513
Date d'inscription : 23/06/2011
Localisation : hey
owi, cris mon nom encore plus fort
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ebauche de contexte   Jeu 23 Juin - 18:08

Je venais de finir de prendre ma douche, quand Louis m'autorisa à regarder la télé. Alors je m'étais allongée sur ce lit blanc face au téléviseur, le corps enroulé dans une serviette, le regard jouant entre les images de l'émission, et lui qui passait des coups de fils, feuille en main, dans une langue que je ne comprenais pas. J'en déduis par quelques mots qu'il devait parler en russe. Quand mon regard se faisait trop insistant, il toussotait et je reportais mon attention sur le télé-film comme si de rien n'était. On devait être l'après-midi si je me référais à mes souvenirs et Louis allait sûrement partir dans quelques heures. Il travaille surtout de nuit ou du moins, le matin, je n'ai jamais su ce qu'il faisait, ce que d'ailleurs, je préférais ne pas savoir, et l'après-midi, la plupart du temps, il était avec moi.
La télé s'éteignit et mon cœur fit un bon, mes yeux croisèrent ceux de Louis et je crois que j'aurais été capable de tout pour ne jamais revoir ce regard que je détestais tant chez lui. Un dégout profond m'envahit, et j'aurais voulu le repousser, mais je ne fis rien, tétanisé par la peur et l'échoeur que me procurait la vue de cette homme si ignoble. Il s'assit sur mon lit, étrappant ma main dans la sienne un sourire collé sur son visage qui en disait long. Je rapportais mes genoux à ma poitrine, telle une enfant apeuré, ce qui parru le faire rire, comme s'il prennait plaisir à me voir si démunie. Il fit glisser sa main sur mon bras et je frissonnais. J'aurais voulu lui dire d'arrêter, qu'il n'avait pas le droit, mais je n'y arrivais pas. Seul mon visage se fit suppliant, contrainte de laisser ses doigts froids parcourir mon corps avec perversité.

• Laisse toi faire Kalista..

Il venait de murmurer ses quelques mots à mon oreille, voyant que ma peur ne lui permettrait pas d'obtenir ce dont il avait envie d'obtenir. Mon regard fixait les draps, me refusant à regarder ce corps d'homme nu face au mien tout aussi peu habiller. Ses lèvres effleurèrent à plusieurs reprises et au bout de plusieurs baisés, je fus contrainte d'écarter mes cuisses, il sourit de plus belle, et une larme coula le long de ma joue.
« Jolie poupée Kalista devient une putain. »

(c) Juillet.
Revenir en haut Aller en bas

Admin
avatar
Messages : 513
Date d'inscription : 23/06/2011
Localisation : hey
owi, cris mon nom encore plus fort
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ebauche de contexte   Jeu 23 Juin - 18:08






SWEET DREAMS ARE MADE OF THIS

- Toi aussi, ton histoire est compliqué ?

Un sourire léger se dessinais sur ses lèvres. Oui. Oui elle avait une histoire compliqué ; cette chose qui l'avait amené ici, jusque ici. Jusqu'à vendre son corps pour un peu de sous. Son corps en offrande, c'est tout ce qu'elle a. Tout ce qu'elle peut offrir. On ne croirait pas comme ça, mais elle a du respect pour elle, alors autant faire ça proprement, dans une maison close. Dehors, c'est interdit, dehors ce sont des porcs, dehors ça se fait sous un arrêt de bus ou dans une voiture, c'est sale. Ici, elle a l'honneur d'avoir un lit, un homme propre, peut-être marié, peut-être avec des enfants, et peut-être pas. Il paie, elle offre. C'est comme acheter son invitation pour un peu de plaisir. C'est comme vendre sa dignité pour un peu de vie. Elle se le demande, elle, ce qu'est la vie ? Se vendre ? Ne rien ressentir ? Pas d'amour, aucune règle, juste du sexe. Baiser. Voilà le terme utilisé, parce que faire l'amour est trop profond. Ne jamais embrasser ; règle d'or. Ne jamais rien ressentir. Un client reste un client. De l'argent reste de l'argent. Des filles comme elle, c'est presque pour toujours. Elle ne sait rien faire, rien du tout. Ou alors c'est une mauvaise passe qui l'a amené ici. Des enfants peut-être à nourrir ? Une cachette ? Une obligation ? Si elle est ici, ce n'est pas par jeu, loin de là.
Elle se pense seule, sauf qu'elles sont toutes "seule". Seule et perdue. Comme point de repère ; le carroussel. Comme travail ; vendre du plaisir. Comme lot de consolation ; des billets. Comme seul homme ; lui.

- Faut changer les draps des chambres verte, bleu, jaune et mauve. La rouge passion ... Merde ! On a plus de draps rouge .. hm donc on laisse, on verra plus tard. Changez moi les roses par contre, ça fane ces conneries. Marie et Katuisha vous êtes pour ce soir, un client m'a appelé ; il vous veux. Allez vous préparez. Quand à toi Bella, tu reste ici, tu t'occupe du repas ? Avec Talys, si elle veut.

Le patron. Le grand chef, organisateur de tout ça. Le comble ? Il a une femme avec qui il est très heureux. On penserais pas comme ça mais c'est ainsi. Il est vilain et mesquin, mais quand il est avec sa femme, c'est tout autre chose et c'est vraiment étrange. On dirais un schizophrène. Il reçoit les hommes, leur dis de s'asseoir, et ils choisissent la femme qu'ils veulent. Ici, c'est une grande maison close. L'état ne dis rien, le patron du carrousel enchanté est trop puissant, mais cet endroit marche bien, malgré les "on dit". En plein cœur de la ville, il ne peut que bien marcher.
C'est le rendez vous des infidèles, le coin des baiseurs. Le refuge des filles qui n'ont rien que leur yeux et leur corps pour s'apitoyer sur leur sort. C'est l'endroit où ils se réunissent, comme une grande partie de carte, comme si la vie se jouait à chaque manche, à chaque carte tiré, à chaque dés lancés. Bienvenue, au carrousel enchanté.


(c) Century Sex.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 23/06/2011
owi, cris mon nom encore plus fort
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ebauche de contexte   Sam 25 Juin - 15:01

The Boss a écrit:





SWEET DREAMS ARE MADE OF THIS

- Toi aussi, ton histoire est compliqué ?

Un sourire léger se dessinais sur ses lèvres. Oui. Oui elle avait une histoire compliqué ; cette chose qui l'avait amené ici, jusque ici. Jusqu'à vendre son corps pour un peu de sous. Son corps en offrande, c'est tout ce qu'elle a. Tout ce qu'elle peut offrir. On ne croirait pas comme ça, mais elle a du respect pour elle, alors autant faire ça proprement, dans une maison close. Dehors, c'est interdit, dehors ce sont des porcs, dehors ça se fait sous un arrêt de bus ou dans une voiture, c'est sale. Ici, elle a l'honneur d'avoir un lit, un homme propre, peut-être marié, peut-être avec des enfants, et peut-être pas. Il paie, elle offre. C'est comme acheter son invitation pour un peu de plaisir. C'est comme vendre sa dignité pour un peu de vie. Elle se le demande, elle, ce qu'est la vie ? Se vendre ? Ne rien ressentir ? Pas d'amour, aucune règle, juste du sexe. Baiser. Voilà le terme utilisé, parce que faire l'amour est trop profond. Ne jamais embrasser ; règle d'or. Ne jamais rien ressentir. Un client reste un client. De l'argent reste de l'argent. Des filles comme elle, c'est presque pour toujours. Elle ne sait rien faire, rien du tout. Ou alors c'est une mauvaise passe qui l'a amené ici. Des enfants peut-être à nourrir ? Une cachette ? Une obligation ? Si elle est ici, ce n'est pas par jeu, loin de là.
Elle se pense seule, sauf qu'elles sont toutes "seule". Seule et perdue. Comme point de repère ; le carroussel. Comme travail ; vendre du plaisir. Comme lot de consolation ; des billets. Comme seul homme ; lui.

- Faut changer les draps des chambres verte, bleu, jaune et mauve. La rouge passion ... Merde ! On a plus de draps rouge .. hm donc on laisse, on verra plus tard. Changez moi les roses par contre, ça fane ces conneries. Marie et Katuisha vous êtes pour ce soir, un client m'a appelé ; il vous veux. Allez vous préparez. Quand à toi Bella, tu reste ici, tu t'occupe du repas ? Avec Talys, si elle veut.

Le patron. Le grand chef, organisateur de tout ça. Le comble ? Il a une femme avec qui il est très heureux. On penserais pas comme ça mais c'est ainsi. Il est vilain et mesquin, mais quand il est avec sa femme, c'est tout autre chose et c'est vraiment étrange. On dirais un schizophrène. Il reçoit les hommes, leur dis de s'asseoir, et ils choisissent la femme qu'ils veulent. Ici, c'est une grande maison close. L'état ne dis rien, le patron du carrousel enchanté est trop puissant, mais cet endroit marche bien, malgré les "on dit". En plein cœur de la ville, il ne peut que bien marcher.
C'est le rendez vous des infidèles, le coin des baiseurs. Le refuge des filles qui n'ont rien que leur yeux et leur corps pour s'apitoyer sur leur sort. C'est l'endroit où ils se réunissent, comme une grande partie de carte, comme si la vie se jouait à chaque manche, à chaque carte tiré, à chaque dés lancés. Bienvenue, au carrousel enchanté.


(c) Century Sex.

On prend ce contexte là ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
owi, cris mon nom encore plus fort
Invité
MessageSujet: Re: Ebauche de contexte   Sam 25 Juin - 15:16

Ouais !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 23/06/2011
owi, cris mon nom encore plus fort
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ebauche de contexte   Sam 25 Juin - 15:19

Bon bah d'accord ._.
On a déjà la MEP c'est fun *-*
Revenir en haut Aller en bas


owi, cris mon nom encore plus fort
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ebauche de contexte   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ebauche de contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contexte
» Règles, contexte et personnages
» [FluP] Ebauche d'histoire pour ville extérieure de Ulthuan
» ≈ le contexte.
» RPG hors contexte ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Close :: Poubellette (a)-